Un article de Marie-Josée Riss-Minervini, psychologue au Pôle mère-femme du CHU de Besançon, à lire ce mois-ci dans le dernier numéro de la revue Soins Pédiatrie/Puériculture:

“Les possibilités de diagnostic anténatal nourrissent aujourd’hui le fantasme de “l’enfant parfait”. Dans ce contexte et parallèlement à un panel très large d’autres pathologies fœtales, la trisomie 21 fait figure de situation emblématique pour rappeler qu’il est éthiquement indispensable de maintenir ouverte la question d’interrompre ou de poursuivre la grossesse. Le travail en équipe pluridisciplinaire reste le meilleur garde-fou face aux risques de dérives.”

Lire l’article en ligne