À lire, la thèse de Maud Guivarc’h en pathologie humaine, spécialité éthique, présentée à l’université Aix-Marseille sous la direction de Pierre Le Coz et de Frédéric Bukiet, intitulée “Spécificités des enjeux conceptuels et éthiques des soins d’urgence en odontologie”, dont voici le résumé:

La santé bucco-dentaire est encore aujourd’hui une importante problématique de santé publique en France. Pour une partie des patients, les consultations chez le chirurgien-dentiste reposent sur le ressenti d’un problème, le plus souvent une douleur, qui pourra motiver une demande de prise en charge en urgence en rendant le patient dépendant de l’intervention d’un chirurgien-dentiste. En France, l’offre de soins odontologiques d’urgence dépend majoritairement de soins dispensés au sein de cabinets dentaires privés tandis que l’offre de soins publique reste minoritaire et hétérogène.

Cette organisation particulière associée à la difficile définition de ce qui constitue une urgence odontologique est susceptible d’entraîner pour les patients des difficultés d’accès aux soins d’urgence. L’analyse de la littérature internationale montre que des problématiques identiques existent dans des pays de niveau de vie équivalent et ces constatations plaident pour un développement de l’offre de soins odontologiques d’urgence en milieu hospitalier.

Ce travail s’articule autour de trois études s’adressant chacune aux différents acteurs de l’urgence odontologique (patients, chirurgiens-dentistes en exercice et étudiants en odontologie). Il a pour objectifs (i) de caractériser la notion d’urgence dans le contexte de l’odontologie, (ii) de discuter des bénéfices et des limites actuels de ses deux modes de prise en charge (privé et public), (iii) d’envisager les enjeux éducationnels relatifs à l’enseignement de l’urgence odontologique et (iv) de discuter des enjeux éthiques relatifs à une meilleure prise en considération professionnelle de cette dernière.”

Accéder à la thèse