Un article de M. C. Daydé à paraître dans la revue “Éthique et santé” mais déjà accessible en intégralité, dont voici le résumé:

“Le domicile est un lieu de soins où se posent pour les soignants, des questions éthiques au quotidien. Certaines y sont, cependant, spécifiques, car ce lieu, où les professionnels sont invités à entrer, est celui de l’intimité des malades et de leurs proches.

Comment ne pas le dénaturer par des demandes excessives où l’application de normes des soignants servirait « leur bien-faire » en occultant l’histoire de vie contenue dans ce lieu.

Ne pas nuire constitue une visée éthique primordiale. À domicile, les dilemmes éthiques mettent souvent en tension le respect de l’autonomie de la personne malade ou âgée et la sécurité, mais aussi la question du consentement dans laquelle s’immiscent les proches.

Les personnes malades et les proches-aidants ont un savoir pratique. Comment prendre en compte leurs pratiques dans le soin, tout en étant attentifs à leurs limites, à leurs possibles fragilités ?

Bien que le désir des personnes malades d’être soignées chez elle est de plus en plus prégnant, notamment en fin de vie, les problèmes de « reste à charge » et de démographie médicale impactent l’équité d’accès à ces soins.

Toutes ces questions éprouvées au quotidien pour les professionnels du domicile, sont parfois difficiles à partager, car les espaces où elles peuvent se dire restent rares et l’absence de formation et de reconnaissance à aborder ensemble ces questions reste un frein.”

Accéder à l’article