Dans les coulisses des consultations d’éthique

Il est rare que l’on soit autorisé à jeter un œil dans les coulisses d’une consultation d’éthique: les études d’évaluation sont trop peu nombreuses, tout comme les occasions d’en avoir un aperçu. Pour la première fois en Suisse, le rideau est levé, nous montrant ainsi ce qui anime les personnes impliquées à Bâle.

Cette étude se base sur deux hôpitaux universitaires de Bâle, l’hôpital universitaire de Bâle (Universitäts­spital Basel, USB) et les cliniques psychiatriques universitaires de Bâle (Universitäre Psychiatrische Kliniken Basel, UPK), qui disposent d’une structure commune de soutien éthique.

La direction et l’équipe centrale du département d’éthique clinique sont identiques, tandis que les autres employés, les conditions-cadres institutionnelles et les conseils d’éthiques sont différents.

La consultation d’éthique (CE), outre les autres formes de soutien éthique, est pratiquée de façon ­professionnelle dans les deux établissements. En règle générale, la CE est animée par un spécialiste expé­rimenté, et un autre spécialiste dresse le procès-verbal. Cette approche en petite équipe («small team approach») est, ­selon nous, la meilleure alternative à la CE conduite par un seul spécialiste ou au comité d’éthique.

Elle évite le risque de limitation à la perspective éthique d’un individu, ainsi que la crainte de la personne ­recherchant des conseils de devoir se présenter devant une «commission» impersonnelle. Dans le même temps, elle permet l’implication d’autres spécialités, notamment de personnes issues du service ­juridique ou de spécialités cliniques ou de directeurs de conscience (Auteurs: Jan Schürmann et Stella Reiter-Theil via le Forum médical suisse).

Lire la suite

Partager sur les réseaux sociaux