À lire dans la Revue française d’éthique appliquée (2020/2, 10), un article de Raymond Massé intitulé Le défi du pluralisme ethnoculturel pour l’éthique de la santé publique, dont voici le résumé:

“L’éthique de la santé publique a connu un développement marqué au cours des dernières décennies tant au niveau de ses fondements théoriques que du spectre des enjeux sanitaires auxquelles elle s’adresse. Toutefois, une problématique transversale à ces problématiques sanitaires et à ces enjeux éthiques n’a fait l’objet que de très peu d’analyses : l’ajustement des politiques de santé publique au pluralisme ethnoculturel. En dépit de la diversification ethnique croissante et irréversible dans les sociétés pluralistes contemporaines, et malgré la montée des communautarismes et des fondamentalismes religieux, un malaise profond semble poindre, au regard des réticences à aborder franchement ces problématiques. Les enjeux soulevés par ce pluralisme des croyances et des pratiques dans les champs de la prévention et de la promotion de la santé sont généralement masqués par des analyses en termes d’inégalités sociales et économiques et de précarité. Au mieux, on reconnaîtra des difficultés à ajuster ces politiques à la réalité des « immigrants », considérés comme un groupe homogène et en opposition à un « nous » tout aussi mal défini. S’impose alors une réflexion sur les défis, les conditions et les limites de l’élaboration d’une éthique de la santé publique qui serait sensible à la pluralité ethnoculturelle.”

Accéder à l’article

Catégories : Documentation en ligne