Un billet de blogue de Jean-Yves Nau, journaliste en santé, sur un changement législatif dont on a peu ou pas parlé:

“Il y a les officiels, pompeux et solennels États généraux de la bioéthique. Et puis, en marge, tout un travail de fourmis parlementaires auquel les médias généralistes n’accordent guère d’intérêt. A tort. Ainsi, déposée par le sénateur Alain Milon (LR, Vaucluse) le 5 février dernier, une proposition de loi visant à autoriser les analyses génétiques sur personnes décédées. Nous l’avions évoquée en avril dernier. La Commission des Affaires sociales du Sénat l’a adoptée à l’unanimité et un vote en séance est prévu mercredi 6 juin.”

Lire la suite