La PMA et la fin de vie ne doivent pas figurer dans la loi de bioéthique car il s’agit de questions sociétales et pas médicales, a estimé jeudi le président de la commission des affaires sociales du Sénat.

“Je crois que les lois de bioéthique doivent concerner la bioéthique et non pas les débats sociétaux”, a déclaré Alain Milon (LR), en précisant qu’il s’agissait de son “avis personnel”.

“Je souhaite que ni la PMA [procréation médicalement assistée], ni l’euthanasie, ni la fin de vie, ni la GPA [gestation pour autrui] ne viennent polluer — excusez-moi du terme — des débats de la loi de bioéthique sur le transhumanisme, sur l’eugénisme, sur la recherche sur l’embryon”, a poursuivi M. Milon, médecin de formation (Source: Libération).

Lire la suite