Accusée de laxisme, la Chine sévit contre les manipulations génétiques

Accusée de laxisme, la Chine prépare des sanctions contre les francs-tireurs de la génétique après la naissance fin 2018 de deux bébés OGM, dont les capacités mentales pourraient être supérieures à la moyenne, selon une étude.

Le généticien chinois He Jiankui a provoqué un tollé en novembre en annonçant qu’il avait réussi à altérer l’ADN de deux nouveau-nés afin de les rendre résistants au virus du sida.

En réponse, une nouvelle réglementation dévoilée mardi prévoit de classifier « à haut risque » les manipulations génétiques, avec des amendes pouvant atteindre 100.000 yuans (13.000 euros) à la clé.

Un savant qui percevra « des revenus illicites » à la suite de recherches non autorisées sera pénalisé à hauteur de 10 à 20 fois les revenus en question (Source: AFP via Sciences et Avenir).

Lire la suite

Partager sur les réseaux sociaux