Fin de vie : la Haute autorité de santé donne raison aux généralistes qui veulent pratiquer la sédation profonde et continue

“Imaginez un patient qui souffre de métastases osseuses, d’un cancer de la prostate par exemple, c’est horriblement douloureux, il y a des fractures. On veut qu’il y ait une réponse.” Le professeur Pierre-Louis Druais est médecin généraliste dans les Yvelines, et membre de la Haute autorité de santé (HAS). Cette dernière recommande lundi 10 février d’autoriser les médecins de famille à pratiquer la “sédation profonde et continue”, qui consiste à soulager les souffrances des patients en les endormissant jusqu’au décès naturel. 

Depuis 40 ans, Pierre-Louis Druais accompagne des malades en fin de vie, et il aurait plusieurs fois voulu les soulager ainsi de leurs souffrances. Problème : les médicaments qui permettent cette sédation ne sont disponibles qu’à l’hôpital et très exceptionnellement pour les médecins de ville (Auteure: Solenne Le Hen via France Info).

Lire la suite

Lire aussi à ce sujet: Fin de vie à domicile, vers un accès facilité au midazolam (La Croix, 10.02.2020)

Partager sur les réseaux sociaux