Prudence et sagesse, des vertus indispensables pour un soin plus humain vers la mort

Martyna Tomczyk, post-doctorante en éthique médicale et droit de la santé, et le Pr Sadek Beloucif, médecin anesthésiste-réanimateur s’expriment dans le cadre des nouvelles recommandations de la Haute Autorité de Santé sur l’utilisation du midazolam à domicile par le médecin généraliste.

“Le 10 février 2020, les nouvelles recommandations de la Haute Autorité de Santé explicitent l’utilisation du midazolam à domicile par le médecin généraliste « pour accompagner les patients en fin de vie par une sédation, qu’elle soit proportionnée, profonde, transitoire ou maintenue jusqu’au décès ».

Si ce texte tant attendu est très utile, ce d’autant que la loi du 2 février 2016, dite Claeys-Léonetti, prévoit la possible mise en œuvre à domicile d’une sédation profonde et continue jusqu’au décès (SPCJD), certains éléments non techniques sont à noter afin de favoriser, suivant Jean-Jacques Rousseau, la réalisation du maximum de bien avec le moindre mal.”

Lire la suite

Partager sur les réseaux sociaux