A lire en pré-publication dans la revue Éthique et santé, un article de B. Bogaert intitulé “L’application du concept d’injustice épistémique dans le soin: conceptualisation, limites, et perspectives“, dont voici le résumé:

“Le concept d’injustice épistémique (epistemic injustice) a été introduit par la philosophe Miranda Fricker (2007) pour signifier un type d’inégalité qui se manifeste dans l’accès, la reconnaissance, et la production des savoirs. Appliqué et développé dans de nombreux domaines de l’épistémologie sociale, y compris dans le domaine de la santé, le concept peut contribuer à la réflexion sur la décision partagée. Dans la relation médecin-patient, ce concept a permis de montrer le préjudice qu’un patient subit dans certaines situations et qui l’empêche de participer pleinement en tant qu’acteur dans une consultation. Nous commençons cet article avec un résumé du sens et de l’usage du concept et de ses applications dans le soin. Nous discutons ensuite des limites de l’utilisation dudit concept, sans pour autant nier son pouvoir d’innovation. Enfin, nous présentons plusieurs suggestions sur la manière dont les soignants et leurs institutions peuvent évoluer vers des formes améliorées de justice épistémique, notamment en pratiquant l’humilité épistémique, le travail interdisciplinaire et une représentation plus équitable des patients dans la recherche et dans les politiques publiques.”

Accéder à l’article