C’est un cas de conscience complexe qui s’est posé aux médecins d’un hôpital de Floride, aux États-Unis. Récemment, ils ont décidé d’arrêter les soins sur un patient dont le torse était barré d’un tatouage “ne pas réanimer”. L’homme est décédé, et la même mention demandant de ne pas procéder à sa réanimation a finalement été retrouvée dans son dossier médical.

Comment aurait-on réagi en France? Quelles questions éthiques cela pose-t-il? Un simple tatouage peut-il être considéré comme la preuve de la volonté d’un individu de faire cesser des soins? (Source: L’Express)

Lire la suite