Le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a remis mardi 05 juin 2018 à l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et techniques (OPESCT), ainsi qu’aux ministres chargés de la santé, de la recherche et de la justice, le rapport de synthèse de la consultation publique des États généraux de la bioéthique.

La presse s’en est faite très largement l’écho dans des articles qui mettent en avant trois points:

  1. d’abord, que “ce document ne contient aucune préconisation ni prise de position” (France Info), qu’en conséquence “le comité d’éthique acte les divergences” (La Croix),
  2. ensuite, que la PMA a été “au centre des débats” (L’Obs),
  3. enfin, et c’est “peut-être le plus important”, que “ce rapport de synthèse de près de 200 pages révèle qu’il y aurait comme une «éthique à la française» que partageraient les participants, même dans leurs clivages” (Libération).

Pour le reste, la parole publique s’est faite rare et précautionneuse.

On notera ainsi l’entrevue de Jean-François Delfraissy, président du CCNE, dans Le Monde, ou celle de son prédécesseur, Didier Sicard, dans L’Express, dans laquelle il se dit d’ailleurs “très heureusement surpris de la modération des Français sur les sujets sur lesquels ils avaient à se prononcer”.

Prochaine échéance pour le CCNE: un avis, cette fois, et non plus un rapport, est prévu en septembre…

Gageons que les réactions seront plus tranchées à la rentrée.

Lire le communiqué de presse commun des Ministères de la Santé, de la Recherche et de la Justice

Accéder au rapport sur le site du CCNE

Lire le billet de Jean-Yves Nau: “La ‘PMA pour toutes’ ou les limites de l’exercice présidentiel”