Euthanasie: «Comment la médiatisation de cas particuliers fausse le débat»

«J’ai offert la mort à mon fils»: ce témoignage d’une mère ayant euthanasié son jeune fils handicapé est l’objet d’une médiatisation que le philosophe Damien Le Guay juge indécente. Cet enseignant en éthique juge que les conditions du débat sont faussées par l’instrumentalisation médiatique des témoignages.

Philosophe, éthicien, membre émérite du Conseil scientifique de la Société française d’accompagnement et de soins Palliatif (La SFAP), Damien Le Guay enseigne au sein des espaces éthiques régionaux d’Ile-de-France et de Picardie. Il est l’auteur de plusieurs essais sur la mort, dont, notamment Le fin mot de la vie (Le Cerf, 2014).

FIGAROVOX.- Trente ans après les faits, une femme raconte dans un livre (J’ai offert la mort à mon fils, City Éditions) comment elle a euthanasié son fils lourdement handicapé, né dans un état végétatif. Que vous inspire la médiatisation de son témoignage?

Damien LE GUAY.- Je suis étonné par la stratégie médiatique autour de cette affaire. Étonné aussi par un plan de communication savamment déployé – et qui a débuté par un entretien avec Marc-Olivier Fogiel sur RTL le 4 février dernier. Il aurait été préférable de n’en pas parler et surtout de ne pas faire de publicité pour ce livre qui raconte, sans le moindre regret, un infanticide, et même le revendique haut et fort. Madame Buzyn, interrogée le 8 mars sur ce cas particulier, a clairement indiqué que «rien ne justifie qu’on puisse donner la mort à un enfant». Rien. Elle a raison (Auteur: Paul Sugy via Le Figaro).

Lire la suite

Lire l’article de synthèse de L’Express sur cette polémique

Partager sur les réseaux sociaux