Jean-René Binet: «Sur la GPA, le juge français s’arroge le pouvoir de faire la loi à la place du législateur»

La GPA n’est toujours pas légale dans notre pays, mais pour le spécialiste du droit de la bioéthique, Jean-René Binet, en reconnaissant la notion de «parent d’intention» pour des couples d’hommes, la Cour de Cassation ouvre la voie vers une nouvelle jurisprudence de la filiation.

FIGAROVOX.- Dans deux arrêts du 18 décembre, La Cour de cassation étend aux couples d’hommes sa jurisprudence d’octobre s’agissant de la «mère d’intention». En quoi cette décision constitue-t-elle une rupture? La mère biologique est-elle totalement effacée par cette décision?

Jean-René BINET.- Si les arrêts du 18 décembre 2019 constituent une rupture, ce n’est pas tant au regard de la composition du couple concerné que de la solution retenue, c’est-à-dire la transcription intégrale de l’acte de naissance. Le 4 octobre 2019, l’assemblée plénière de la Cour de cassation avait certes permis cette transcription, mais en y voyant une exception destinée à un cas tout à fait exceptionnel. Il faut reprendre le fil de cette affaire pour en saisir le sens et comprendre pourquoi les décisions du 18 décembre sont préoccupantes.

Lire la suite

Partager sur les réseaux sociaux