À lire, une tribune de Christian Hervé et Henri-Corto Stoeklé, dans Le Point, qui appelle à lever les freins au développement de la médecine personnalisée:

“Cela fait désormais plusieurs mois que de nombreux pays sont durement touchés par la pandémie du Covid-19. Le confinement semble désormais porter ses fruits : l’aplatissement de la courbe épidémique tend enfin à apparaître. La fin du confinement a donc été annoncée par le président de la République pour le 11 mai. Toutefois, les personnes âgées en étaient, au départ, exclues.

Certes, les données actuelles parlent quasiment d’elles-mêmes : la mortalité augmente significativement avec l’âge du malade. Il peut alors paraître logique de continuer le confinement pour les personnes les plus âgées. Mais l’est-il vraiment, à l’heure de la « médecine personnalisée » ? Nous ne le pensons pas.”

Lire la suite