De nouveaux médicaments constituent des innovations thérapeutiques à haute valeur ajoutée. On y trouve par exemple des traitements anticancéreux, à base d’anticorps monoclonaux ou des traitements « personnalisés », de certains lymphomes à base de lymphocytes « activés », ou des thérapies géniques pour des maladies génétiques. Ces traitements, issus de la recherche biomédicale, voient le jour dans un modèle totalement différent de celui jusqu’à présent mis en œuvre par l’industrie pharmaceutique.

Ces traitements sont très probablement amenés à se développer et leurs indications à s’élargir et concerneront ainsi de plus en plus de patients. Toutefois, les prix exorbitants de ces thérapies innovantes (jusqu’à deux millions d’euros par patient) posent la question de leur accès pour tous les patients qui pourraient en avoir besoin. De plus, leurs prix très élevés pourraient compromettre l’équilibre financier du système de santé solidaire comme celui qui prévaut en France, conduire à faire des choix et restreindre l’accès aux soins pour d’autres types de pathologies. 

Lire la suite

Télécharger l’avis n°135

Lire aussi à ce sujet:

Le Comité Consultatif National d’Éthique recommande l’accès pour tous aux thérapies innovantes (Médecins du Monde, le 01.12.2020)

“Il faut plus de transparence dans le prix des médicaments” (La Croix, le 01.12.2020)

Proposition de loi portant création d’un pôle public du médicament et des produits médicaux (Sénat, le 07.12.2020)