À l’approche d’une réforme qui s’annonce comme un bras de fer politique, le parti La République en marche (LRM) a fixé, lundi 23 juillet, son “cap” en vue de l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de lesbiennes et aux femmes célibataires. La réforme, engagement de campagne d’Emmanuel Macron, doit être votée dans le cadre de la révision des lois de bioéthique au début de l’année 2019. Mais la promesse présidentielle comptait quelques zones d’ombres, que le gouvernement et la majorité devront éclairer dans les mois qui viennent.

Le parti, dont Christophe Castaner est le délégué général, a pris les devants. Son bureau exécutif a arrêté ses positions sur plusieurs questions non-tranchées par le programme comme la filiation, le remboursement de l’acte par la Sécurité sociale ou encore l’anonymat et la gratuité du don. Le député LRM Thomas Mesnier, chargé des questions de bioéthique, avait formulé plusieurs propositions à partir desquelles le parti a échangé lundi soir (Source: Le Monde).

Lire la suite