Une équipe de scientifiques américains a proposé, dans un article publié le 31 mars, d’accélérer la procédure normale de validation d’un vaccin candidat en exposant volontairement des individus sains au Covid-19.

Vite. Alors que la pandémie de Covid-19 progresse un peu partout dans le monde, la rapidité est devenue le principal mot d’ordre des médecins et des scientifiques, quitte, parfois, à prendre des libertés avec les procédures. En France, le professeur Didier Raoult a provoqué la polémique en vantant l’efficacité de l’hydroxychloroquine et l’azithromycine pour traiter les patients contaminés au coronavirus alors que des tests à grande échelle pour ce médicament n’avaient pas encore été faits. 

Loin du bruit médiatique autour de la chloroquine, une équipe américaine a avancé une autre proposition qui met la communauté scientifique mal à l’aise : un “Human challenge” (défi humain) qui consiste à contaminer une centaine de volontaires sains, dont certains auraient reçu un vaccin candidat, c’est-à-dire au stade de tests avancés, afin d’accélérer le processus de mise à disposition du grand public d’un traitement (Auteur: Sébastian Seibt via France 24).

Lire la suite