À lire dans la revue Éthique et santé, un texte de P. Malzac, M. Mathieu et M.-A. Einaudi, de l’Espace Éthique Méditerranéen, intitulé “Quel accompagnement pour les personnes vulnérables en contexte de confinement?”, dont voici le résumé:

Quels sont les enjeux éthiques liés à l’accompagnement des personnes les plus vulnérables dans un contexte de crise sanitaire, obligeant au confinement ? Parce que le concept de vulnérabilité est large et complexe, l’Espace éthique PACA-Corse s’est intéressé plus particulièrement à la prise en charge des enfants porteurs de handicaps, des enfants confiés à l’aide sociale à l’enfance et des personnes atteintes de troubles psychiatriques. Le confinement a engendré une réorganisation de l‘offre de soin et de l’accompagnement médico-social, pouvant révéler ou aggraver certaines situations de vulnérabilités, voire même laisser pour compte certaines personnes. Les plus isolées ou à risque de maltraitance ont pu vivre un double confinement. Comment repérer et répondre aux besoins des personnes déjà en situation de vulnérabilité avant le confinement qui, isolées dans le contexte épidémique, ont vu leurs vulnérabilités s’accroître ? Si de nouvelles façons de travailler ont été mises en place en période de confinement, certaines ont montré leur intérêt, d’autres leurs limites. L’enjeu était de trouver la juste mesure pour aborder la particularité de chaque situation, activer des réseaux de prise en charge de manière effective et solidaire, et ce, malgré la limitation des moyens et le contexte d’urgence. Toute la difficulté était de faire coexister protocoles et valeurs du soin, en agissant de manière réactive et créative. Tout en révélant des vulnérabilités, cette période a obligé à faire preuve à la fois d’humilité face à l’incertitude, ainsi qu’à un devoir de responsabilité pour prendre soin de ceux qui en avaient le plus besoin.

Accéder à l’article

Lire aussi dans les dernières parutions d’Éthique et santé cet été: