Un billet de blogue sur l’autoconservation des gamètes, signé Benjamin Moron-Puech, doctorant en droit et chargé de recherche au CNRS, “pointe du doigt une difficulté d’application de ce dispositif à la situation des personnes transgenre et/ou intersexuées qui décideraient, de leur plein gré, d’entrer dans un parcours médical de transition et qui s’exposeraient dès lors à des traitements susceptibles de remettre en cause leur fertilité”.

Lire le billet