[Archive] Dans L’Express du 29 mars 1985:

“Au nom des droits de l’Homme, le garde des Sceaux choisit la liberté pour la procréation artificielle. 

Robert Badinter est un ministre à effets. Son dernier coup d’éclat a eu pour cadre la première assemblée des ministres du Conseil de l’Europe consacrée aux droits de l’Homme, mercredi 20 mars, à Vienne, en Autriche.  

En affirmant haut et clair une position ultralibérale en matière de procréation artificielle – insémination, mère porteuse, fécondation in vitro – le garde des Sceaux a provoqué une nouvelle fois cette confusion des sentiments dont il a le secret.” (Source: L’Express).

Lire la suite