L’émission “C à dire?!” du 09 mai 2019 sur France 5 recevait Arthur Kermalvezen, autour de la sortie de son ouvrage « Le fils », publié aux éditions l’Iconoclaste.

“En 1994, le principe absolu de l’anonymat des donneurs (et donneuses) de gamètes (sperme ou ovocytes) était inscrit, scellé dans les premières lois de bioéthique. En 2019, vingt-cinq ans plus tard, l’espoir est là de voir ce principe du secret disparaître. C’est ce qui est prévu dans le projet de loi qui doit être présenté, en juillet, en Conseil des ministres (à moins d’un énième report du gouvernement), en même temps que l’ouverture de la PMA à toutes les femmes. Avant cette présentation du projet de loi bioéthique, une disposition fait grincer : faut-il écrire « né d’un don » sur l’acte de naissance des enfants conçus avec les gamètes d’un tiers ? Le débat agite même le camp de ceux qui militent pour l’accès aux origines. C’est l’histoire d’Arthur Kermalvezen, qui a fini par rencontrer l’homme qui lui a permis d’exister grâce à un don de sperme à l’âge de 34 ans. Après des années à se battre dans le vide d’une partie de ses origines. Arthur a cherché. Il a fini par retrouver Gérard, après un test génétique, en contournant la loi française. Il livre aujourd’hui son histoire dans « Le fils », l’incroyable enquête pour retrouver celui à qui il doit la vie. Cet ouvrage, notamment dédié à « Gérard, pour ce don de vie » est publié aux éditions l’Iconoclaste. Arthur Kermalvezen, est l’invité de C à dire.”