Géolocaliser les gens pour pister la COVID-19, éthique ou pas?

Les données de géolocalisation des appareils mobiles s’avèrent fort utiles en Corée du Sud pour limiter la contagion. Dans ce pays qui se démarque dans sa lutte contre la pandémie, les gens qui auraient pu croiser une personne infectée reçoivent un texto pour qu’ils s’isolent. Mais bien qu’elle soit efficace, cette méthode soulève des préoccupations majeures de respect de la vie privée et de droits fondamentaux.

Le Canada n’a toujours pas évoqué la possibilité d’aller jusqu’à prendre de telles mesures. Mais dans une perspective de bien commun, le pays pourrait-il le faire?

Les mégadonnées permettent d’identifier les gens avec une précision qui était inimaginable il y a quelques années. C’est d’une puissance incroyable, et les potentiels bénéfices, dans ce contexte de crise, sont hallucinants. La majorité d’entre nous avons toujours notre téléphone dans nos poches, explique le directeur du programme de bioéthique de l’école de santé publique de l’Université de Montréal, Bryn Williams-Jones (Auteur: Nicholas De Rosa via Radio Canada).

Lire la suite

Partager sur les réseaux sociaux